Jour 13 : de Tau à Odda, 185 km

Total : 3 185 km

La journée commence bien mieux que la veille. Il fait beau et on prend un peu de temps. Nous découvrons la petite crique cachée derrière le van, que nous n’avions pas pu voir la veille. Des barques sont posées sur les rochers, j’avance un peu avec mon café à la main et je découvre l’envers du décor. Certains partent faire du kayak directement de ce bord de fjord. J’aimerais passer la journée là, mais il faut avancer vers Odda.

Nous prenons du temps, pour tout bien réorganiser. Remplir, ranger, ré-aménager. Signe de satisfaction et d’optimisation, le copilote signe le départ avec un « aaaaaah on est bien là ! ». Et nous voilà repartis pour de nouvelles aventures.

Direction plus au nord donc. Vers Odda, ville dont des randonnées naissent à foison parait-il. Nous roulons beaucoup dans des routes magnifiques et sinueuses. Le soleil ne sera pas resté longtemps avec nous, et nous abandonne à mi-journée. Il pleut alors à peu près tout le temps ! On avance au gré des ferries, des tunnels et des surprises naturelles étonnantes, tel cet arbre, isolé sur sa propre petite île au milieu d’un fjord.

Norvège Van Trolltunga Odda

Odda, porte d’entrée de Trolltunga

Petit à petit nous sentons que la route ne se fait plus vraiment près du bas, mais plutôt en haut ! Notre jolie maison monte, monte, monte, enchaîne les virages et prend en altitude. Si haut que nous arrivons en station de ski, fermée bien sur, mais quand même ! Intérieurement je ne suis pas au top de la sérénité. Je me demande ce que je fais dans cette galère et si ce passage n’est que passage, ou si plus nous allons nous diriger dans le nord du pays, plus ce sera compliqué.

Pas trop le temps de réfléchir qu’un nouveau tunnel s’ouvre à moi, 8km, en petite pente de 8%, avec virages dedans et à la sortie. Que du bonheur. On est collé par deux voitures, et à la sortie, micro-drame : deux moutons sont sur le bord droit de la route, NORMAL, à prendre le petit déjeuner. Moi déjà crispée, je freine en réflexe et évite la troupe, mais en même temps, le petit frère débarque sur le côté gauche et traverse pour rejoindre la familia. Je ne le vois pas, mais j’entends Clément qui me crie d’arrêter la voiture. Ok. Moment de pause. Aucun n’est touché, tout va bien, une petite frayeur tranquille la vie, comme ça en passant. Les voitures derrière moi ont probablement l’habitude que les moutons jouent aux cartes au milieu de la route et ont donc joué au domino simplement. Il pleut toujours, les moutons sont en vie, nous sommes en vie, les voitures de derrières sont en vie. Nous repartons mais au bout de 4h de stress on peut dire que je ne serais pas contre une pause bière fraîche.

Une heure plus tard, nous arrivons enfin, il pleut toujours. Arf. Odda, ville ouvrière, entre le Hardangervidda nasjonalpark et le Folgefonna nasjonalpark, est lugubre… En bas de vallée, elle est entourée de montagne et l’on peut voir sur la rives d’en face, un espace réservé aux usines. Etonnant, c’est la première fois que l’on voit une usine dans ce pays, et notamment dans un cadre pareil.

Nous sommes rincés, nous n’avons pas de pain, on est dimanche, il est 21H. Tout est sous contrôle. On veut du pain. On s’arrete sur un parking du centre ville. On va chercher du pain. A la place Clément trouve un jeu d’échecs géant, et s’imagine y jouer avec Quentin, petit cousin, haut comme 5 pommes et déjà roi en la matière.

Il pleut toujours… Bon l’état des lieux étant assez sommaire et rapide, il faut pouvoir parfois abdiquer. On laisse tomber tout espoir d’un mieux et on se fait un dîner chez nous pour finir cette journée compliquée. Demain ce sera plus chouette et puis voilà.

On se trouve une place sur le parking central. Rien de fou mais il y a pire. Et ce soir c’est donc préparation de la semaine. Que faire, que voir, où, quand, comment. La carte du pays dépliée, fait à peu près la taille de tout l’intérieur du van et je me dis qu’on y arrivera jamais tant les distances sont immenses et du temps qu’il nous faut. Aujourd’hui est encore pire qu’hier : 185 km pour 6 heures de route. Il y a trop de montagnes dans ce pays ! On envisage de prendre le ferry dans le grand nord si besoin. On adaptera plus tard.

En attendant une chose est sûre et explique notre présence ici : on veut faire Trolltunga ! La rando de la région ! Voire LA randonnée du pays !

Trolltunga ou pas Trolltunga ?

Il s’agit d’une randonnée de 10-12 heures, à 17 km d’Odda, qui a pour objectif final de monter sur la « langue du Troll », bien évidemment au dessus du vide, as usual.

Max, notre hôte d’Oslo nous a conseillé de la faire en deux jours. Deux randonnées de 5 heures, entre-coupées d’une nuit sous tente, ça nous dit bien. On ira demain matin à l’office du tourisme se renseigner sur tout ça. Il pleut toujours, il est très tard. Nous nous écroulons entre l’église blanche (fermée), la station de cars et le micro-supermarché sous une pluie battante et du goudron partout, la tête pleine de questions : est-ce que nous pourrons faire Trolltunga ? Est-ce que tous ces efforts et détours nous serviront-ils à quelque chose ? Est-ce que le projet dans son ensemble n’est pas trop ambitieux ? Comment faire si il pleut toute la semaine ?

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *